Ecolo redéfinit son horizon politique face aux crises financière, sociale et environnementale

Nouveau manifeste adopté !

Près de 700 militants ecolo (dont quelques thudiniens) étaient réunis ce dimanche à l’ULB pour adopter, lors d’une assemblée générale fédérale, le nouveau Manifeste politique du Parti.

Publié le dimanche 23 juin 2013
JPEG - 2.4 Mo

Ce Manifeste politique redéfinit l’ADN politique d’Ecolo, il est le fruit d’un large processus démocratique entamé en janvier dernier. Débattu dans les Régionales, le projet de Manifeste politique d’Ecolo a également été soumis aux amendements des militants, plus de 300, dont il a été tenu compte et qui ont conduit au texte qui a finalement été soumis au vote final.

Le premier manifeste datait de 85. Ecolo constate que le monde a profondément changé et qu’il est de sa responsabilité de s’adapter, de proposer de nouvelles solutions à des problèmes nouveaux, qui n’existaient pas il y a 30 ans. Au cœur des préoccupations d’Ecolo, il y a aujourd’hui un système financier et économique qui broie les gens et nie la limite de nos ressources. A travers ce manifeste, Ecolo affirme sa volonté de changer ce modèle, de moderniser notre société, avec un objectif central : une plus grande justice sociale. Pour Ecolo, il n’y a pas de fatalité et ce texte se veut porteur d’espoir.

Le Manifeste politique d’Ecolo est désormais un document de référence. Il redéfinit son cadre d’analyse et structure le positionnement d’Ecolo face aux crises actuelles, financière, sociale et environnementale ainsi que face au danger, ici et ailleurs, du conservatisme, du populisme, du néolibéralisme et du productivisme. Dans ce contexte, il faut pouvoir apporter des réponses et une vision qui dépassent les idéologies passées tout en plaçant la solidarité comme une des valeurs cardinales du message écolo.

Le Manifeste d’Ecolo (à télécharger ci-dessous) sera bien entendu l’horizon de référence des écologistes en vue des élections de 2014.

Quelques photos ICI

Le texte approuvé ce dimanche 23 juin 2013

PDF - 1.1 Mo

Pourquoi faut-il aimer ce siècle ?

Publié le lundi 1er juillet 2013